Diagnostic Immobilier Obligatoire Avant Vente

Les diagnostics immobiliers obligatoires restent inchangés ces derniers temps. Sa réalisation est essentielle, afin de garantir la sécurité et le bien-être des futurs occupants. Le dossier contenant les résultats doit être mis à la disposition des futurs acquéreurs. Il leur permettra de se faire une idée de l’état général du logement.

Diagnostics obligatoires pour tous types de biens

Le DPE ou diagnostic de performance énergétique est un document qui tient informé l’acquéreur de la situation d’isolation du bien. Il vous renseigne également sur les charges mensuelles de chauffage. Le professionnel en charge du diagnostic mentionne une annotation en lettres qui vont de A à G. Le résultat est valable une dizaine d’années.

L’ERP est également l’un des principaux diagnostics obligatoires qui concernent tous les types de biens immobiliers. Il permet d’évaluer l’état des risques et de la contamination. De cette manière, il offre à l’acquéreur la possibilité de savoir à l’avance si l’immeuble est situé dans une zone classée à haut risque ou non. A noter que les diagnostics termites, électriques et gaz font également partie du dossier de diagnostic immobilier obligatoire.

Par ailleurs, l’article L112-20 du code de la construction des logements est apparu rendre obligatoire l’étude du sol. Il s’agit donc d’une nouvelle forme de diagnostic immobilier obligatoire donnant plus d’informations et de détails sur le bien en question. En effet, la loi Elan fondée sur l’obligation de l’étude géotechnique entre en vigueur à compter du 23 novembre 2018.

Diagnostic en option

Les diagnostics optionnels ne sont requis que sur les bâtiments concernés. La loi Carrez ne s’applique, par exemple, que dans le cadre de la vente d’un bien immobilier en copropriété. Elle consiste à mesurer les surfaces, notamment celles de 8 m² ou plus dont la hauteur sous plafond dépasse 1,80 mètre.

Le diagnostic de plomb doit faire partie du dossier obligatoire lors de la vente d’immeubles servant de résidences principales. Cependant, il ne concerne que les habitations construites avant le 1er janvier 1949. Il existe également un diagnostic amiante qui permet la présence de ce matériau dans les habitations construites avant 1997.

La pourriture sèche n’est généralement présente en grand nombre que dans le nord et l’ouest de la France. Par conséquent, les vendeurs de biens immobiliers situés dans ces zones ne peuvent se passer de ce type de diagnostic. L’assainissement, pour ce type d’étude, n’envisage que les habitations individuelles raccordées au réseau d’assainissement. Sa validité est limitée à 3 ans.

Il y a aussi du radon. Ce gaz radioactif provient généralement de la décomposition des métaux. Peut présenter des risques pour la santé des occupants. Une fois inhalé, il peut provoquer un cancer du poumon. Ce produit cause, selon les chiffres, jusqu’à 2 000 décès par an. Par conséquent, le diagnostic du radon est essentiel dans les zones touchées.

Choisir un professionnel pour le diagnostic immobilier

Si vous avez l’intention de vendre une maison ou de la mettre en location, vous devez impérativement rester sur le site Immobilier-danger. Ce dernier vous apportera notamment tous les éléments pour que les diagnostics soient réalisés dans les règles de l’art. Si ces documents manquent pour diverses raisons, il y a de fortes chances que la vente ne soit pas validée et ce sera également le cas pour la location.

– Parmi les diagnostics, pensez à la loi de Carrez, à la performance énergétique, à l’amiante ou encore au plomb.

– Les professionnels recommandent également les termites, l’état des risques naturels ainsi que le gaz, notamment l’étude du réseau électrique.

– Vous pouvez envisager un diagnostic d’assainissement non collectif et la recherche éventuelle de pourriture sèche.

– Ce champignon est très grave et est à l’origine de nombreux drames en France, d’où l’importance d’être très vigilant.

Les maisons peuvent clairement s’effondrer à cause de ces pourritures qui prolifèrent dans les murs, les plafonds et même les sols. Au moment où les locataires ou les acheteurs potentiels s’en rendent compte, il est souvent trop tard. Dans la plupart des cas, les maisons ne peuvent pas être sauvées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.