Conseils pour acheter et vendre un bien immobilier

Vendre une maison ou un appartement n’est pas facile, car cela signifie faire un gros investissement. Un vendeur immobilier doit absolument faire preuve de patience. Sinon, la possibilité de vendre la maison à bon prix risque d’être très mince. Il en est de même pour l’acheteur. Si ce dernier se précipite pour acheter un bien immobilier, il risque de le regretter plus tard. Que ce soit le vendeur ou l’acheteur, la hâte est mauvaise, puisque l’interlocuteur pourrait profiter de la situation pour obtenir ce qu’il veut à un prix très abordable.

L’achat d’un bien immobilier

Avant d’investir dans l’achat d’un bien immobilier, partagez avec votre agence immobilière les critères que vous recherchez. Cela vous aidera à trouver la maison de vos rêves. Ceci, en tenant compte de votre choix d’hébergement avec un rapport qualité/prix raisonnable. Une fois le bien trouvé, il ne vous reste plus qu’à contacter le propriétaire et lui soumettre l’offre. Après la négociation, l’acheteur peut profiter du bien, en attendant la promesse de vente signée par le notaire. Cependant, une offre d’achat a aussi ses limites. Habituellement 8-10 jours et après cela, le propriétaire est libre de modifier son annonce.

Le rôle du notaire dans la vente de biens immobiliers

La signature d’un contrat de vente doit se faire devant notaire, conformément à la loi. Les deux parties sont libres de choisir si elles veulent ou non le même notaire. Après cela, le notaire doit réunir le vendeur et l’acheteur pour la signature de l’avant-contrat. Normalement, ce notaire demande une commission de 5% ou plus du prix de vente. Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de lui donner ce qu’il demande.

Les documents nécessaires à l’achat-vente d’un bien

Avant de finaliser une vente immobilière, le vendeur doit rassembler plusieurs documents. Celle-ci est irréversible, avant de passer à l’acheteur ce qui lui correspond de plein droit. Vous avez besoin d’un diagnostic technique complet démontrant l’état du bien, comprenant un certificat de superficie, surface d’habitation, lot de copropriété. Egalement un diagnostic de performance énergétique, un bilan amiante pour les habitations construites avant 1997, une déclaration des risques naturels, miniers et technologiques, une déclaration de l’installation intérieure de gaz, une déclaration de l’installation électrique intérieure, une déclaration de risque d’exposition au plomb, si le logement a été construit en 1949, statut correspondant à la présence de termites, si le logement se trouve dans une zone déclarée infestée et diagnostic de la présence de pourriture sèche dans la zone délimitée par arrêté préfectoral. Il nécessite également un diagnostic de plomb.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.